lacher-prise avec la sophrologie - Saint-mandé Paris Montgeron

Un excellent film d’animation sur le lâcher-prise !

Quand nous sommes pris dans nos habitudes et que nous n’avons plus le recul nécessaire pour lâcher-prise… Même au bord du gouffre, nous trouvons une solution pour continuer, encore et encore, même si cela n’a plus de sens… quitte à tomber…

Heureusement, parfois on se relève ! et l’enseignement peut être grand…

The Last Knit (2005) from Anima Vitae on Vimeo.

Durée : 6mn42

sophrologie stress surmenage burn-out

Dans le Hors-série de GEOSCIENCES sur le stress, Pierre Setbon, cardiologue à Paris depuis 25 ans, a été interviewé sur les signes du stress et ses remèdes.

Je reprends ici une partie de l’article :

« Que conseillez-vous en cas de stress ?

Je commence par donner des conseils simples. Tout d’abord, diminuer si possible les excitants. Mieux dormir, à des heures régulières et en évitant les écrans, très perturbants avant le coucher. Cela peut déjà améliorer les choses, car ces petits riens, additionnés, font le lit du stress.

Je recommande également une activité physique, qu’on a souvent abandonnée, faute de temps et d’envie. Pendant la pratique sportive, l’organisme sécrète des endorphines. Elles stimulent le système parasympathique, ce qui fait chuter le taux d’adrénaline, et calme l’ensemble des symptômes que cette hormone déclenche en nous (…) le sport est un fabuleux antistress, qui ne coûte rien ou presque, et n’a pas d’effet secondaire.

En fait ce sont de simples conseils d’hygiène de vie ?

Oui, mais d’une importance majeure ! Ces conseils sont très efficaces. Et pour le patient, ils constituent la seule façon de s’impliquer dans la prise en charge et la gestion de son stress. (…)

Je préconise toujours un autre antistress puissant : le yoga, la relaxation, LA SOPHROLOGIE ou la méditation. A pratique seul si on y arrive, ou avec un professionnel. Ces techniques agissent sur sur le système parasympathique et diminuent la sécrétion d’adrénaline de la même façon que le sport. En outre, elles permettent le relâchement musculaire et le contrôle de la respiration. 

Ce dernier point est primordial : la respiration est la seule fenêtre que nous ayons sur notre cerveau. Ces pratiques, quand elles sont régulières, peuvent éviter le recours aux médicaments. (…) Dans l’idéal, il faut toujours savoir prendre un peu de temps pour soi. « 

Article issu du Hors-Série GEOSCIENCES de septembre – octobre 2017.

Pierre Setbon, cardiologue, est l’auteur de Ma Médecine antistress et Six ordonnances antistress.